Esprits fantômes à Blois

La maison de la magie de Blois nous gâte particulièrement chaque année. Vous vous rappelez sans doute de la superbe exposition de l’année dernière consacrée aux sciences amusantes (voir notre article ici). C’est maintenant cette année au tour du spiritisme de faire son entrée dans le musée de Robert-Houdin.

Du 4 avril au 20 septembre, puis du 17 octobre au 1er novembre 2020, venez découvrir comment spiritisme et illusionnisme se sont mutuellement influencés!

A noter pour la première fois : un catalogue de l’exposition sera disponible, ce qui permettra en plus d’avoir un souvenir, de pouvoir prolonger la visite avec quelques détails et illustrations inédits!

Nous terminerons notre petit article par quelques photos qui, nous l’espérons, vous inciterons à aller voir cette belle exposition !

Un ancien film retrouvé? (suite et fin!)

Nous vous parlions il y a peu de quelques bandes de film dans notre dernier article, qui avaient été retrouvées à la Bibliothèque nationale de France et dont nous ignorions à peu près tout.

Cependant, après recherches, nous sommes tombés sur une petite pépite! Le film complet ! Ce dernier nous montre les séquences jusqu’alors totalement inconnues de ce film. On y voit une routine de balles avec l’enfant servant encore d’assistant, et la fin de la routine d’anneaux chinois.

Vous pouvez visionner en intégralité ce court métrage juste ci-dessous.

Peut-être que nos prochaines recherches nous permettrons enfin de mettre un nom sur ce magicien encore non identifié?

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager, c’est peu mais ça nous fera plaisir! Et si vous voulez être au courant de l’actualité du blog abonnez-vous à la newsletter à droite, sous le champ de recherche de la page!

Un ancien film retrouvé?

Détail du film, crédits : Bibliothèque nationale de France, cote 4-ICO CIN-6511

Parfois, les recherches nous poussent à tomber sur des documents que nous n’aurions jamais trouvés autrement que grâce à ce hasard. C’est le cas de cette série d’images, reliées les unes aux autres et formant le début d’une bande destinée à être plus tard projetée à l’écran.

Seulement, il ne nous a pas été possible de trouver des renseignements sur une éventuelle production de ce film, si bien qu’on le soupçonne d’être complètement inédit et jamais paru. Conservé à la Bibliothèque nationale de France, cette bobine laisse entrevoir un joli numéro : celui des anneaux chinois. Un magicien, aux côté d’un jeune assistant croise et délie les cercles métalliques.

L’ensemble a été réalisé par le photographe Eugène Pirou (1841-1909), lorsqu’il était installé à Paris au n° 5 boulevard Saint-Germain entre 1880 et 1923. Le cachet de dépôt légal nous apprend que l’oeuvre a été déposée en 1897 (ou peut-être 1887, le cachet n’étant pas très net).

Le magicien présent sur l’image nous est malheureusement inconnu, et il semble curieux que ces images aient été tournées sans être utilisées par la suite. Amis historiens et collectionneurs, si vous possédez quelques renseignements sur le sujet, nous sommes preneurs!

PS: Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à partager son lien sur les réseaux sociaux, cela nous aiderait beaucoup!

La magie dans des endroits insoupçonnés

Dans ce court article, nous allons présenter un petit livret du XIXe siècle qui à première vue n’a pas de rapport avec la magie, et pourtant.

Calendrier des familles – Collection de l’auteur

Ce Calendrier des familles, d’une vingtaine de pages seulement, contient différentes astuces, recettes et amusements presque exclusivement consacrées aux femmes. On trouve également différents sirops ou remèdes miracles censés guérir d’à peu près toutes les maladies possibles. Mais, chose plus intéressante, on trouve deux pages consacrées à la magie. Le lecteur apprend ainsi entre autres à retrouver une carte dans un jeu coupé par la suite. Ci-dessous, un extrait de ces petits tours expliqués:

Extrait du Calendrier des familles – Collection de l’auteur

Alfred de Caston, le mathématicien

Alfred de Caston (1822-1882) est bien célèbre dans le domaine de la magie, reconnu internationalement pour sa maîtrise de l’art, et est même l’auteur de plusieurs publications. Mais saviez-vous que cet homme a également exploré avec brio le domaine des mathématiques?

Cela n’en n’est pas moins étonnant quand on sait qu’il fit ses études à l’école polytechnique de Paris, lui permettant d’acquérir de solides bases dans cette science. Ce court article souhaite ainsi réhabiliter cette autre partie de la vie d’Alfred de Caston, partie qui n’a jamais été trop explorée par les historiens de la magie.

Alfred de Caston par Etienne Carjat (coll BnF)

La mathématique d’Alfred de Caston

Si Alfred de Caston a écrit plusieurs livres sur la magie et la tricherie, on lui doit également plusieurs ouvrages sur les mathématiques. Citons entre autres Cours de géométrie élémentaire en 1847; Traité d’arithmétique en 1859 ou encore Traité de géométrie élémentaire en 1860.

En plus de ces nombreux écrits, Alfred de Caston laissa son nom à un type de factorisation que l’on nommera dès lors factorisations aurifeuilliennes (en référence à son nom d’état civil, Léon-François-Antoine Aurifeuille, Alfred de Caston n’étant qu’un nom de scène).

Cet article se veut court, aussi nous ne détaillerons que très peu la partie mathématique pure. Il nous suffira de dire qu’entre autres, Alfred de Caston a démontre que pour tout entier n strictement plus grand que 1, l’expression n4 + 4 n’est pas premier. Pour rappel, un nombre premier est un nombre seulement divisible par 1 et lui-même (1, 3, 5, 7, …). Notre mathématicien a également donné, comme nous le disions plus haut, une factorisation de ce type d’expression, qui se donne sous la forme:

  n4 + 4 = (n2 – 2n + 2) (n2 + 2n + 2)

J’ai bien conscience que cet article ne parlera pas à tout le monde, et qu’il s’éloigne un peu de la magie, mais il est toujours intéressant de connaître tous les détails de la vie d’un magicien qui pratiqua aussi beaucoup de tours avec des chiffres, justement!

Magie et sciences amusantes à Blois: déjà presque 1 an !

En ces temps de confinement, quoi de mieux que de replonger dans nos archives, et retrouver nos plus beaux souvenirs? C’est ce que l’on vous propose avec ce petit article. Alors qu’une nouvelle exposition devrait avoir lieu sous peu à la maison de la magie de Blois (Esprits Fantômes), nous avons cru bon de nous remémorer l’exposition précédente consacrée aux sciences amusantes.

Cette exposition eut lieu du 6 avril au 22 septembre 2019, et la grande majorité des documents et objets réunis proviennent de la collection Georges Naudet, le tout mis superbement en scène. Le légendaire livre de Prevost (1584) côtoie son homologue allemand un peu plus tardif (1667).

On remonte le temps au fur et à mesure des salles, se laissant embarquer grâce aux vidéos très bien faites qui reproduisent les tours de l’époque. Le plus impressionnant est certainement la grande salle finale où une spectaculaire vitrine présente quelques unes des plus belles boîtes de magie de la collection Georges Naudet.

On ne sait plus où donner de la tête (collection Georges Naudet, photo T.)

Deux autres vitrines sont très réussies, préparées par Jean-Claude Piveteau et consacrées respectivement aux boîtes de magie modernes ainsi qu’à James Hodges.

De magnifiques boîtes modernes (collection Jean-Claude Piveteau, photo T.)

Tout le long de la visite, plusieurs gravures toutes plus anciennes les unes que les autres nous présentent différents escamoteurs ou joueurs de gobelets avec notamment la très belle gravure du fameux romain dont nous avions déjà parlé ici.

Il est à noter qu’une exposition sur Pif Gadget et son rapport à la magie avait également lieu lorsque nous étions de passage.

En résumé, une magnifique exposition qui nous l’espérons aura donné l’idée à d’autres de présenter leurs documents et objets sur un tout autre thème. Cette année 2020, ce sera sur le spiritisme, peut-être quelque chose sera prévu pour l’année prochaine…?

De la magie … à Rosny!

Rosnyllusion fête ses 10 ans! A cette occasion, et en plus des artistes présents pour le spectacle des 20 et 21 mars, ne manquez pas l’exposition de Georges Naudet qui vous exposera quelques unes de ses nombreuses belles pièces! Elle aura lieu du 9 au 21 mars.

Quelques affiches …

Ce genre d’initiative est suffisamment rare pour être soulignée. Vous trouverez aux côtés des affiches plusieurs livres anciens sur le thème et quelques magnifiques boîtes de magie qui nous font revenir quelques siècles en arrière …

Une belle boîte (second empire) d’après un dessin de Bommier (collection Georges Naudet)

Comme si tout cela ne suffisait pas, une conférence intitulée Le bonneteau ou le pari impossible aura lieu le 14 mars 2020 à 19h et le 20 mars. Cette conférence à thème sera accompagnée de nombreux extraits de films où ce jeu du bonneteau est présent.

Pour réserver votre place, direction http://rosnyllusion.com !

Souscription: complément à une conférence sur le spiritisme

En 1948 paraissait Deux conférences sur la prestidigitation, écrit par le Jules Dhotel et dont la seconde partie s’intitulait « Médiumnités, fakirisme et transmissions de pensée ». Cette dernière n’était en réalité que le résumé d’une longue conférence donnée par l’auteur. L’histoire devait s’arrêter là si le manuscrit de cette conférence n’avait pas été retrouvé. C’est de ce document original dont nous vous proposons la retranscription annotée.

Vous découvrirez comment des « pseudo-spirites » parvenaient à réaliser des séances truquées ainsi que de nombreuses références qui permettront aux chercheurs ou aux simples curieux de se faire une idée sur le spiritisme du XXe siècle.

L’ensemble forme un livre de plus de 70 pages au format A5, annoté, et illustré de plusieurs documents couleurs.

Ce texte inédit est disponible en souscription dès maintenant jusqu’au 25 mars 2020 inclus au prix de 25€ (+7 euros de frais de port). Après cette date, le prix public sera de 30€ (+ 7 euros de frais de port) pour les quelques exemplaires qu’il restera. Aussi ne tardez pas à réserver le votre !

Pour participer à la souscription, il suffit de nous contacter en cliquant ici, en nous indiquant comment vous souhaitez régler (paypal ou chèque) ainsi que le nombre d’exemplaires souhaités et votre adresse postale.

Le livre sera disponible début mai et vous sera directement envoyé en lettre suivie. A ce titre, le numéro de suivi vous sera transmis dès l’envoi.

La cloche au millet

Une cloche en bois était présentée, et le magicien la faisait sonner. Du millet était placé dans une petite boîte, puis après une passe magique la boîte était montrée vide… tout le millet avait disparu! La cloche laissée à une extrémité de la table depuis le début du tour était alors soulevée: tout le millet se trouvait dessous!

Cloche au millet en bois, coll. T. T.

Cette cloche au millet (en buis) date du XIXe siècle. Cet effet est un classique et certaines boîtes de magie en contenaient même un exemplaire pour que l’acheteur puisse réaliser ce fameux tour.

Cet effet ne date pas d’hier, et se faisait déjà vieux au XIXe siècle. On retrouve en effet des traces du tour dans La première partie des subtiles et plaisantes inventions de Prevost qui date de 1584! Pour terminer, l’illustration ci-dessous provient de ce livre, et représente la cloche à côté des boîtes permettant de faire disparaître le millet, à droite.

Page 72 de La première partie des subtiles et plaisantes inventions (collection BnF)

Le dé au chapeau

Un dé était présenté aux spectateurs, ainsi qu’une petite boîte qui permettait de le recouvrir puis un chapeau était emprunté dans l’assistance. Le dé était recouvert de sa boîte, puis cette dernière était de nouveau soulevée… le dé avait disparu! Le dé se retrouvait alors dans le chapeau emprunté préalablement!

Dé au chapeau
Le dé (à droite) avec sa boîte (à gauche), coll T. T.

Ce tour semble avoir été en vogue au XIXe siècle où des exemplaires faits à la main étaient en vente. C’est le cas de notre exemplaire, la boîte étant en tôle peinte au vernis martin et décorée de quelques décors floraux avec des oiseaux. Le dé est quant à lui en bois peint en noir avec de simples points blancs. On retrouve ce tour dans quelques boîtes de physique amusante et même plus tard (XXe siècle) dans un style moins luxueux avec la fabrication industrielle avec du carton de la boîte.

On retrouve entre autres ce tour chez Caroly qui le décrit dans son catalogue, agrémenté d’un petit dessin de l’effet que nous vous présentons ci-dessous:

Le dé au chapeau, illustration tirée du catalogue de J. Caroly

Citons aussi Léon Baudot qui propose cet article dans son catalogue (publié entre 1899 et 1913) et qui le vend au prix de 4 fr 75.