Magie et sciences amusantes à Blois: déjà presque 1 an !

En ces temps de confinement, quoi de mieux que de replonger dans nos archives, et retrouver nos plus beaux souvenirs? C’est ce que l’on vous propose avec ce petit article. Alors qu’une nouvelle exposition devrait avoir lieu sous peu à la maison de la magie de Blois (Esprits Fantômes), nous avons cru bon de nous remémorer l’exposition précédente consacrée aux sciences amusantes.

Cette exposition eut lieu du 6 avril au 22 septembre 2019, et la grande majorité des documents et objets réunis proviennent de la collection Georges Naudet, le tout mis superbement en scène. Le légendaire livre de Prevost (1584) côtoie son homologue allemand un peu plus tardif (1667).

On remonte le temps au fur et à mesure des salles, se laissant embarquer grâce aux vidéos très bien faites qui reproduisent les tours de l’époque. Le plus impressionnant est certainement la grande salle finale où une spectaculaire vitrine présente quelques unes des plus belles boîtes de magie de la collection Georges Naudet.

On ne sait plus où donner de la tête (collection Georges Naudet, photo T.)

Deux autres vitrines sont très réussies, préparées par Jean-Claude Piveteau et consacrées respectivement aux boîtes de magie modernes ainsi qu’à James Hodges.

De magnifiques boîtes modernes (collection Jean-Claude Piveteau, photo T.)

Tout le long de la visite, plusieurs gravures toutes plus anciennes les unes que les autres nous présentent différents escamoteurs ou joueurs de gobelets avec notamment la très belle gravure du fameux romain dont nous avions déjà parlé ici.

Il est à noter qu’une exposition sur Pif Gadget et son rapport à la magie avait également lieu lorsque nous étions de passage.

En résumé, une magnifique exposition qui nous l’espérons aura donné l’idée à d’autres de présenter leurs documents et objets sur un tout autre thème. Cette année 2020, ce sera sur le spiritisme, peut-être quelque chose sera prévu pour l’année prochaine…?

De la magie … à Rosny!

Rosnyllusion fête ses 10 ans! A cette occasion, et en plus des artistes présents pour le spectacle des 20 et 21 mars, ne manquez pas l’exposition de Georges Naudet qui vous exposera quelques unes de ses nombreuses belles pièces! Elle aura lieu du 9 au 21 mars.

Quelques affiches …

Ce genre d’initiative est suffisamment rare pour être soulignée. Vous trouverez aux côtés des affiches plusieurs livres anciens sur le thème et quelques magnifiques boîtes de magie qui nous font revenir quelques siècles en arrière …

Une belle boîte (second empire) d’après un dessin de Bommier (collection Georges Naudet)

Comme si tout cela ne suffisait pas, une conférence intitulée Le bonneteau ou le pari impossible aura lieu le 14 mars 2020 à 19h et le 20 mars. Cette conférence à thème sera accompagnée de nombreux extraits de films où ce jeu du bonneteau est présent.

Pour réserver votre place, direction http://rosnyllusion.com !

Souscription: complément à une conférence sur le spiritisme

En 1948 paraissait Deux conférences sur la prestidigitation, écrit par le Jules Dhotel et dont la seconde partie s’intitulait « Médiumnités, fakirisme et transmissions de pensée ». Cette dernière n’était en réalité que le résumé d’une longue conférence donnée par l’auteur. L’histoire devait s’arrêter là si le manuscrit de cette conférence n’avait pas été retrouvé. C’est de ce document original dont nous vous proposons la retranscription annotée.

Vous découvrirez comment des « pseudo-spirites » parvenaient à réaliser des séances truquées ainsi que de nombreuses références qui permettront aux chercheurs ou aux simples curieux de se faire une idée sur le spiritisme du XXe siècle.

L’ensemble forme un livre de plus de 70 pages au format A5, annoté, et illustré de plusieurs documents couleurs.

Ce texte inédit est disponible en souscription dès maintenant jusqu’au 25 mars 2020 inclus au prix de 25€ (+7 euros de frais de port). Après cette date, le prix public sera de 30€ (+ 7 euros de frais de port) pour les quelques exemplaires qu’il restera. Aussi ne tardez pas à réserver le votre !

Pour participer à la souscription, il suffit de nous contacter en cliquant ici, en nous indiquant comment vous souhaitez régler (paypal ou chèque) ainsi que le nombre d’exemplaires souhaités et votre adresse postale.

Le livre sera disponible début mai et vous sera directement envoyé en lettre suivie. A ce titre, le numéro de suivi vous sera transmis dès l’envoi.

La cloche au millet

Une cloche en bois était présentée, et le magicien la faisait sonner. Du millet était placé dans une petite boîte, puis après une passe magique la boîte était montrée vide… tout le millet avait disparu! La cloche laissée à une extrémité de la table depuis le début du tour était alors soulevée: tout le millet se trouvait dessous!

Cloche au millet en bois, coll. T. T.

Cette cloche au millet (en buis) date du XIXe siècle. Cet effet est un classique et certaines boîtes de magie en contenaient même un exemplaire pour que l’acheteur puisse réaliser ce fameux tour.

Cet effet ne date pas d’hier, et se faisait déjà vieux au XIXe siècle. On retrouve en effet des traces du tour dans La première partie des subtiles et plaisantes inventions de Prevost qui date de 1584! Pour terminer, l’illustration ci-dessous provient de ce livre, et représente la cloche à côté des boîtes permettant de faire disparaître le millet, à droite.

Page 72 de La première partie des subtiles et plaisantes inventions (collection BnF)

Le dé au chapeau

Un dé était présenté aux spectateurs, ainsi qu’une petite boîte qui permettait de le recouvrir puis un chapeau était emprunté dans l’assistance. Le dé était recouvert de sa boîte, puis cette dernière était de nouveau soulevée… le dé avait disparu! Le dé se retrouvait alors dans le chapeau emprunté préalablement!

Dé au chapeau
Le dé (à droite) avec sa boîte (à gauche), coll T. T.

Ce tour semble avoir été en vogue au XIXe siècle où des exemplaires faits à la main étaient en vente. C’est le cas de notre exemplaire, la boîte étant en tôle peinte au vernis martin et décorée de quelques décors floraux avec des oiseaux. Le dé est quant à lui en bois peint en noir avec de simples points blancs. On retrouve ce tour dans quelques boîtes de physique amusante et même plus tard (XXe siècle) dans un style moins luxueux avec la fabrication industrielle avec du carton de la boîte.

On retrouve entre autres ce tour chez Caroly qui le décrit dans son catalogue, agrémenté d’un petit dessin de l’effet que nous vous présentons ci-dessous:

Le dé au chapeau, illustration tirée du catalogue de J. Caroly

Citons aussi Léon Baudot qui propose cet article dans son catalogue (publié entre 1899 et 1913) et qui le vend au prix de 4 fr 75.

Sieur Jonas, magicien à la fin tragique

« Il est probable que, de temps à autre, des escamoteurs italiens coururent le monde avec leurs prestiges. Toutefois ce n’est que vers le milieu du siècle dernier que l’on constate leur apparition dans Paris. Jonas, Androletti, Antonio Carlotti, furent les premiers noms d’escamoteurs dont les annales parisiennes firent mention. Ces artistes se nommaient faiseurs et leurs tours d’appelaient des jeux. »

Robert-Houdin, 1868, Comment on devient sorcier, p. 33

Si le sieur Jonas a l’immense privilège d’être mentionné par Robert-Houdin lui-même, le maître blésois semble avoir escamoté sa véritable nationalité. En effet, on peut retrouver un livre le décrivant comme « anglais de nation, juif de religion »1. Si ce passage ne suffit pas à prouver son pays de naissance, il met en revanche en évidence une incohérence que des recherches futures combleront peut-être? Quoi qu’il en soit, lorsqu’il était en activité, ce Jonas « dressait aux carrefours sa tribune improvisée et il esbaudissait les badauds par maints tours de passe-passe. De son chapeau sortait une colombe portant en son bec rose un rameau d’olivier, symbole de la paix, et de son gilet des bandes de canards, symbole d’abondance. » 2

Jonas, escamoteur escamoté, lorsqu’il s’aperçut trop tard au cours de l’une de ses séances que quelqu’un venait de lui dérober sa montre et quatre louis qu’il avait dans sa bourse!Nous avons réussi à déterminer une période d’activité de 1774 jusqu’aux alentours de 1807/1808, date à laquelle notre escamoteur fut pendu, après avoir commis un vol … !4 Triste fin pour cet homme dont aucune gravure ou représentation ne semble nous être parvenus!


Références:

[1] François Métra. 1808. In Anecdotes secrètes du dix-huitième siècle, 23‑24. Paris: Léopold Collin.

[2] « Pour qui voterons-nous? », 29 avril 1924. La Liberté, no 21915, p. 1.

[3] « Almanachs ». 15 janvier 1775. Journal de politique et de littérature, p. 70.

[4] Voir note 2.

Alexandre Lapôtre: hypnotiseur

En activité dans les années 1930, Alexandre Lapôtre était un illusionniste, tantôt hypnotiseur, tantôt magnétiseur suivant ses propres publicités. Se présentant comme « Le plus grand hypnotiseur français », il donnait également à qui le souhaitait des cours pour apprendre cet art à « L’école pratique de suggestion » qu’il avait lui-même créée1. A côté de cela, Alexandre Lapôtre est également l’auteur d’une petite brochure Hypnotisme et magnétisme moderne dans laquelle il donne quelques conseils pour devenir hypnotiseur.

Livre d’Alexandre Lapôtre – Collection de l’auteur

Ses représentations d’illusionnisme quant à elles étaient faites en compagnie de sa femme, Mme Lapôtre, comme nous le montre ce programme retrouvé des séances qu’ils réalisaient ensemble.

Programme des séances de A. Lapôtre – Collection de l’auteur

Nous perdons toutes trâces d’Alexandre Lapôtre après 1937.


 

Références:

[1] « Votre imagination doit toujours être votre allié, jamais votre ennemie!!! », Le Petit Journal, juin 1935, no 26436, p. 10.

Quand Nevil Maskelyne fit disparaître le Soleil

Si le nom de Nevil Maskelyne (1863-1924) évoque presque immédiatement le talentueux magicien britannique, on en oublie trop souvent le côté inventeur et scientifique. Étudiant de fond en comble les ondes électromagnétiques pour servir la télégraphie sans fil ou encore pour des usages militaires, il semble être un infatigable touche à tout qui, en 1900 décide d’ajouter une nouvelle corde à son arc: il s’intéresse de près à l’astronomie.

Il faut bien garder en tête que son intérêt pour les sciences lui permet de servir grandement sa magie, à l’instar d’autres illustres prestidigitateurs comme Robert-Houdin avec l’électricité. Nul doute que si Nevil Maskelyne trouvait une application de ses découvertes à la magie, il s’empresserait de l’ajouter à son répertoire. Mais en cette journée du 28 mai 1900, c’est au tour du magicien d’être bluffé; c’est Nevil Maskelyne lui-même qui prit la place du public pour observer un numéro de quelques 2 minutes qui est cependant l’un des plus beaux de ce monde: lorsque le Soleil a progressivement disparu devant ses yeux.

Le truc Nevil Maskelyne le connaît. Il sait que c’est à la lune qu’il doit cette disparition, et le magicien s’est tellement préparé à voir cette illusion qu’il emporte avec lui de quoi la filmer. Le 28 mai 1900, Maskelyne se trouve alors en Caroline du Nord, témoin du magnifique spectacle qu’est celui d’une éclipse totale de Soleil, phénomène qu’il enregistre alors avec soin. La chance lui sourit enfin, lui qui avait déjà tenté de filmer une éclipse deux ans auparavant en Inde mais dont la pellicule lui avait été volée. Ce nouvel enregistrement a miraculeusement survécu grâce à sa conservation à la Royal Astronomical Society qui ne l’a retrouvé dans ses archives que très récemment. S’en est suivie une restauration image par image avant que l’ensemble ne soit assemblé pour donner vie à la Lune obscurcissant le Soleil. Le tout forme ainsi une vidéo de 1 min 08 s, que la Royal Astronomical Society a décidé de diffuser et qui est maintenant disponible sur Youtube.

C’est ainsi que Nevil Maskelyne semble être le premier à avoir l’idée de filmer ce type de phénomène astronomique, faisant de lui un pionnier dans un nouveau domaine: celui du cinéma. Comment d’ailleurs ne pas faire le rapprochement entre ce premier film de la lune cachant le Soleil et le film de Georges Méliès Le Voyage dans la lune qui paraît seulement deux années plus tard?

LE CHARLATAN

Visible au musée du Louvre – Paris et également dans la collection privée du magicien Mano d’Oro.

Description de la gravure:

Sur une place publique dans un port français un vendeur de médicaments et de potions se tient devant son stand. Il est vétu de vêtements décoratifs et tient une fiole de potion dans sa main. Il vend sa marchandise aux passants qui l’entourent.

Aquantine colorée faite à Paris(rue de la Harpe, au coin de celle-ci Poupée,

n ° 182): chez Vidal graveur, de J. Léveillé, 1785, d’après A. Borel.

Eau-forte et aquarelle; image et bordures 37 x 53 cm
Note de lettrage  dans l’image: (en bas à gauche) « Borel del. », En bas à droite « J. Aug. L’Eveillé sculp., Anno 1785 »

Un vieux tour de cartes

Les cartes diminuantes

Le tour des cartes diminuantes est un classique de la magie. Un éventail de cartes est montré à l’assistance, et ce dernier diminue au fur et à mesure à vue d’œil. Robert-Houdin donne une explication de ce tour, réalisable sans aucun matériel truqué dans son livre Comment on devient sorcier sous le titre de Les cartes grandes et petites.

Cartes truquées – Collection T. T

Nous vous présentons aujourd’hui la version truquée de ce numéro, certainement celle vendue déjà à l’époque par Caroly puisque l’on retrouve l’article « Les cartes diminuantes » à la page 16 de son troisième catalogue. Vous pouvez voir sur l’image ci-contre la présentation du mécanisme, simple mais ingénieux, avec quelques cartes minuscules fournies pour réaliser ce tour.

 

Il est à noter que Rousselin, dans son Catalogue spéciale de physique amusante vend également ce même tour en nous fournissant une gravure de sa présentation. Le tout ressemblant étrangement à cette dernier description, il est possible que l’exemplaire que nous possédons soit l’un de ceux vendus par Rousselin.

Extrait du catalogue de Rousselin – Collection T. T